996 C4 3.4 Cab
996 c4 3.4 Cab 1 996 c4 3.4 Cab 2 996 c4 3.4 Cab 3 996 c4 3.4 Cab 4 996 c4 3.4 Cab 5
porsche
Stuttgart automobile Magazine
1. Présentation : 996 C4 3.4 Cab EQUIPEMENT TEINTES

Présentation

Photo Porsche 996 Carrera 4 Noir Basalte

La Porsche 996 carrera 4, version cabriolet, est finalement assez mal connue du public Porsche. Peut-être cela s'explique-t-il par la relative faible production, avec seulement 9488 exemplaires sortis. On ne trouve pas aussi facilement des 996 Carrera 4 cabriolet sur le marché de l'occasion Porsche en France, , il vaut mieux se tourner vers les occasions Porsche allemandes pour augmenter substantiellement ses chances de dénicher une belle 996 C4 cab. Ce qui rend la 996 C4 cab encore plus précieuse, dans nos yeux d'enfants Porschistes, c'est cette double polyvalence dont elle jouit, avec deux autos en une : un cabriolet et un vrai coupé, quand elle est coiffée de son impressionnant hard top alu, de 33 kilos, dont l'étanchéité et l'insonorisation exemplaires lui permettent de s'autoproclamer coupé. Deuxième polyvalence, après l'aspect confort, c'est l'aspect sécurité : la 996 carrera 4 cabriolet est aussi à l'aise sur sol sec que sur sol mouillé, avec son Visco coupleur et son PSM. Rajoutons à cela quelques signes distinctifs, propres au modèle Carrera 4, et nous avons une 911, version 996, spécifique dans son caractère particulier qu'elle peut fièrement revendiquer.

Un cab sinon rien

Photo Porsche 996 Carrera 4 Noir Basalte

Quand on se fait plaisir avec un cab, c'est sûrement pas pour se soucier du "qu'en-dira-t-on", bien au contraire, on assume son plaisir jusqu'au bout, surtout au feu rouge, capote baissée, pied collé nerveusement sur la pédale, un oeil sur le compte tour situé en dernière position du jeu des 5 cadrans et un oeil fixant sans en avoir l'air, un brin provoc, la belle brune au volant d'une Mini coupé, vitres abaissées, attirée par les râlements de votre fauve qui réagit, à chaque effleurement de la pédale des gaz, par un souffle nerveux. Un troisième oeil ne serait pas de trop pour plonger dans le décolleté de la conductrice, dont on vient d'attiser la curiosité, malgré le "déjà-vu" de la situation. Le feu passe au vert, c'est le moment de vérité, on libère les gaz, dans un crissement de pneus, sorti de mauvaise série américaine, jetant un dernier regard conquérant à la belle brune, triste de voir son beau chevalier ainsi partir, sans laisser son numéro de téléphone. Que c'est con ! mais que c'est bon ! surtout quand on a 20 ans, après, malheureusement, on a tendance à oublier que la vie sans ces petits moments futiles et superficiels serait trop sérieuse. Et, à la manière des gamins insouciants, qui peuvent se permettre d'être ridicules, sans se soucier du regard des autres, le cabriolet 996 Carrera 4, jouet des adultes, nous offre le privilège de pouvoir, de temps à autre, même l'espace de quelques secondes, libérer le timide gamin, espiègle, qui est resté en nous et qui refuse malgré l'outrage des ans de mourir.